Jazz Is Dead Vol.5
by Doug Carn

Parmi les héros et innovateurs du progressif/funk/jazz des années 70, Doug Carn a toujours volé un peu sous le radar. Il a longtemps exercé son métier avec patience et dévouement, sortant des albums absolument époustouflants qui sont chéris par les connaisseurs mais moins connus même du courant dominant du jazz.

Le dernier projet de Carn à 72 ans, son entrée dans la série d'albums Jazz Is Dead dirigée par Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad, prend son art unique et intemporel et le place dans le contexte d'une culture musicale qui a toujours pris des repères dans les années 70. Émergeant de Floride à la fin des années 60, il a fait ses débuts sur disque en tant que peut-être le membre clé de la liste des Black Jazz, sortant quatre albums pour le label entre 1971 et 1975 qui sont des classiques de tous les temps de Black Consciousness exprimés à travers le jazz. Un aspect clé du succès de ces albums a été les contributions vocales obsédantes et puissantes de son épouse de l'époque, Jean Carn, dont la gamme vocale de cinq octaves a permis des interprétations mémorables de classiques.

Le travail lumineux de Carn sur le piano acoustique et électrique sur tous ces albums l'a placé fermement dans le royaume de contemporains comme Lonnie Liston Smith, Herbie Hancock et George Duke. Après cette ère classique, Doug a continué à tracer son propre chemin Doug en tant qu'avatar de jazz spirituel brillant et créativement agité qu'il a toujours été. C’est un album qui aborde des dimensions apparemment familières mais pourtant inexplorées et brutes. On peut détecter des motifs musicaux des pairs de jazz de Carn qui ont souvent servi de d'échantillons, mais son intégrité de composition et d'improvisation reste incontestable.

Tracklist :

A1. Dimensions
A2. Autumn Leaves
A3. Processions
B1. Windfall
B2. Down Deep
B3. Desert Rain
C1. Freedom At Sunset
C2. Underwater
C3. Lions Walk
D1. Nuna Um Malandro
D2. Desires

Label : Jazz Is Dead 

CD
€13,00
VAT excl. €10,83