Chiemi Eri
by Chiemi Eri

Pour sa deuxième référence, le label Akuphone explore de nouveau l’Asie avec une compilation inédite de la chanteuse japonaise Chiemi Eri.
Disponible en 12inch Vinyl, CD et digital, cette édition, incluant des liner notes exclusives, et riche d’un livret calligraphié avec la romanisation des paroles, invite à (re)découvrir les enregistrements de Chiemi Eri. Pour cette compilation, Akuphone a sélectionné 16 chansons issues d’albums 25 cm sortis originellement chez King Records (Japan) entre 1958 et 1962.
D’un père musicien et d’une mère chanteuse, Chiemi Eri (1937-1982) baigne très tôt dans l’univers musical, et c’est adolescente qu’elle débute une carrière de chanteuse sur les bases militaires états-uniennes. Elle s’y fait connaître en interprétant de nombreux standards du répertoire musical états-unien d’après-guerre.
A 14 ans, elle enregistre chez King Records Tennessee Waltz, lui assurant un succès immédiat, le premier d’une longue série.

Chiemi Eri est reconnue pour être l’une des chanteuses japonaises les plus populaires du 20e siècle, précisément de l’ère Shōwa (1926-1989) du nom de l’empereur japonais mieux connu sous le nom de Hirohito, sa dénomination occidentalisée. À la fois chanteuse et actrice, avec plus d’une cinquantaine de films à son actif, sans compter ses rôles au théâtre, elle a marqué avec Izumi Yukimura et Hibari Misora, chanteuses et actrices également, le paysage culturel japonais de l’après-guerre.
Le succès de ces véritables icônes nationales, on les surnommera « les trois sœurs », peut se lire à travers le contexte particulier de l’époque, celui de l’ouverture culturelle du Japon qui, bien qu’amorcée un siècle plus tôt, s’accélère avec l’occupation de l’archipel par l’armée états-unienne (1945-1952). On assiste alors à l’importation de styles musicaux en vogue à l’époque : jazz, be-bop, swing, mambo, etc., ainsi qu’au développement d’un style musical hybride, le Kayokyoku, soit un savoureux mélange entre musique dite occidentale et musique japonaise.

Entre jazz vocal, rythmes latino et folk japonais, cette compilation inédite de Chiemi Eri offre un syncrétisme musical original. Accompagnée par Tadaaki Misago et les Tokyo Cuban Boys, la formation latin-jazz la plus ancienne et prolifique du Japon, Chiemi Eri chante en japonais des thèmes principalement issues du folklore.
Aux arrangements cubains, tout en percussions et en cuivres, se mêlent ainsi le Min’yo, qui donne à voir la richesse de ces chants populaires où, chaque région, chaque tradition locale, chaque événement est célébré par un chant ou une danse particuliers. Chiemi Eri dévoile également des prouesses vocales caractéristiques du Min’yo, notamment avec le kobushi, sorte de mélisme, cette technique vocale qui fait varier plusieurs notes sur une même syllabe.

Chiemi Eri se situe quelque part entre Ella Fitzgerald et Celia Cruz, elle est aussi proche d’un Gainsbourg, qui dès la fin des années 1950 succombe à la révolution Mambo.

Cette compilation, fusion étonnante entre Min’yo et éléments latin-jazz, invite à la découverte de l’archipel sous un œil différent.

LP + Booklet CD 2017
€19,90
VAT excl. €16,58